Déficit de lieux d’accueil

Déficit de lieux d’accueil

Unissons reçoit régulièrement des propositions de dons de pianos (ce qui est une bonne chose) mais, hélas, trop peu de demandes de la part de lieux d’accueil.

La raison est assez logique. Lorsqu’un propriétaire ou une institution souhaite se séparer d’un piano, il fait des recherches sur le web et tombe sur notre association. Cependant, l’inverse n’est pas vrai : il y a très peu de « lieux collectifs non commerciaux » qui vont spontanément chercher à recevoir un piano gratuitement.

Depuis mai 2019, Unissons a donné une quarantaine de pianos. L’énergie bénévole a principalement été dépensée pour la recherche de lieux d’accueil et la logistique de transport.

Nos trajectoires personnelles nous laisse actuellement moins de temps pour la recherche de lieux d’accueil, même si notre motivation est intacte.

Nous sommes ainsi, aujourd’hui, en déficit de lieux d’accueil.

Pour pouvoir poursuivre l’aventure, nous devons repenser notre mode de fonctionnement :

  • en trouvant des nouveaux bénévoles ayant une sensibilité sociale, prêts à dénicher des lieux d’accueil ;
  • en construisant un modèle économique permettant de faire davantage appel à des professionnels.

Unissons s’est rapproché de l’ancienne École Albert Camus à Trappes, mise à disposition d’associations par la mairie de Trappes, en demandant à y stocker quelques pianos, en attendant qu’ils soient rénovés, donnés, éventuellement revendus. Nous sommes en l’attente d’une convention.

Si vous nous proposez un piano, il y a actuellement peu de chances pour qu’il trouve tout de suite un lieu d’accueil. Nous continuons à en récupérer, moins qu’avant, et nous ne pouvons pas vous informer de sa destination immédiate.

Nous remercions sincèrement toutes les personnes qui nous proposent des dons et espérons pouvoir trouver davantage de lieux d’accueil dans le futur. Si vous souhaitez vous impliquer comme bénévole, n’hésitez pas à nous contacter.